Japon Voyage

Ishigaki, foyer de la plus haute montagne d’Okinawa et la célèbre baie de Kabira

Ishigaki (石 垣) est la deuxième plus grande île des îles Yaeyama d’Okinawa au Japon.

45 000 des 50 000 habitants des îles Yaeyama vivent sur l’île d’Ishigaki, qui est ainsi le centre politique, économique et de transport de la région. La plupart des habitants de l’île vivent dans le centre d’Ishigaki, connu pour l’absence d’un meilleur nom en japonais comme shigaichi (town 地 « zone urbaine »), chushin (中心 « centre ») ou juste machi (町 « ville »). Les districts centraux sont Ōkawa (大川), Ishigaki (石 垣), Tonoshiro (登 野 城) et Misakichō (美 崎 町) et les routes principales sont Sanbashi-dōri (桟 橋 通 り), menant au nord du port, Shiyakusho-dōri (市 役 所 通 り), qui s’étend vers l’ouest-est le long de la côte, et la route de Yui (ゆ い ロ ー ド), parallèle à quelques pâtés de maisons au nord.

D’autres centres de population (bien que beaucoup plus petits) sur Ishigaki sont Kabira (川 平), par la baie du même nom sur la côte nord-ouest et Shiraho (白 保), à l’angle sud-est. Une grande partie de l’île, en particulier les montagnes centrales et la pittoresque péninsule du nord-est, est assez peu peuplée.





Ce qu’il vous faudra voir à Ishigaki :

Ishigaki est un peu limité sur les attractions à voir absolument et un peu plus dompté en termes de paysage qu’Iriomote. La plupart des visiteurs vont directement sur les plages de la côte nord et y restent.

Les plages d’Ishigaki sont parmi les plus spectaculaires du Japon.

La baie de Kabira (湾 平 湾 Kabira-wan).

Au nord-ouest de l’île se trouve cette magnifique baie bleu émeraude avec une plage de sable jaune-blanc parfait, parsemée d’îles escarpées mais pas de baignade autorisée, donc le plus sympa est un tour en bateau à fond de verre (¥ 1000, 30 min ). Vous pouvez vous promener le long de la côte d’une baie à l’autre, mais méfiez-vous des marées rapides qui peuvent vous piéger si vous dînez trop tard le soir.
Les meilleures vues sur le littoral sont celles du parc Kabira (園 平 公園 Kabira-kōen), une promenade avec un pavillon d’observation qui s’étend le long de la côte au-dessus de la plage elle-même.

La Plage de Sukuji (底 地 ビ ー チ)
Elle est située à 2 km à l’ouest de Kabira. Un kilomètre de plage de sable blanc, équipé de vestiaires, douches, toilettes et autres infrastructures essentiels. La vue de la plage est magnifique et par temps clair, le phare d’Uganzaki est visible au loin. La mer est la moins profonde sur l’une des plages d’Ishigaki, ce qui est génial si vous avez envie d’une sortie pagaie relaxante dans l’océan, mais les nageurs devraient chercher ailleurs. Les arbres à l’arrière de la plage fournissent une ombre partielle du soleil pendant une grande partie de la journée.

Yonehara (米 原).
La plage est agréable et propose de meilleurs récifs coralliens à une courte distance de plongée. En effet, le récif commence à quelques mètres de la plage et accueille assez de vie pour intéresser les plongeurs expérimentés et les débutants. Cependant, il faut être prudent car les courants de Yonehara sont notoirement forts. Des panneaux dans l’aire de stationnement décrivent les zones à éviter. Il y a un camping situé derrière la plage avec la possibilité de louer du matériel.

Autres :

Tōjinbaka (唐人 墓), arrêt Tōjin no haka sur la ligne Kabira Resort. Cette «tombe du peuple des Tang», décorée à la chinoise, commémore le triste sort de quelque 400 coolies chinois Hokkien, qui se sont mutinés et se sont échoués sur Ishigaki en route pour la Californie. Poursuivis par la marine britannique et les esclavagistes américains, les prisonniers capturés furent tués, tant d’entre eux se dirigèrent vers les montagnes où ils moururent de faim ou se suicidèrent, et seuls quelques chanceux furent pris sous l’aile des locaux amicaux et protégés.
A proximité se trouve également un nouveau monument bilingue en béton angulaire (2001), dédié à trois Américains abattus sur Ishigaki en avril 1945, lors des derniers jours de la Seconde Guerre mondiale. Après avoir été capturés et torturés, deux d’entre eux ont été décapités et un autre a été utilisé pour la pratique de la baïonnette, et le monument a dûment noté que de telles choses ne sont pas équitables selon la Convention de Genève.

Le Phare de Kannonzaki (灯台 音 崎 灯台 Kannonzaki-tōdai). Un petit phare, pas ouvert au public mais il y a un petit parc et un pavillon d’observation à côté. Ne vaut pas le détour mais bien situé en face de Tōjinbaka.

Le Temple de Kannon-dō (観 音 堂). Pour compléter le trio d’attractions discrètes autour de Tōjinbaka, ce temple en bois de style Okinawa est calme, avec un grand escalier bordé de lanternes mais peu à voir quand vous y arrivez.

Le Mont Omoto
Le Mt. Omoto ne fait peut-être que 528 mètres de haut mais c’est toujours la plus haute montagne d’Okinawa et par une journée d’été chaude et humide, elle offre une belle ascension jusqu’au sommet.

Grimpez sur le Mont Omoto pendant les mois les plus chauds et vous êtes sûr de rencontrer des dizaines de lézards, des araignées et peut-être même l’étrange serpent Habu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *