Japon Voyage

Les détails de la candidatures aux Jeux Olympiques Tokyo 2020

Tokyo a mis en avant sa sécurité, l’infrastructure de pointe et les commodités de la ville après avoir remis ses documents de soumission pour accueillir les Jeux olympiques de 2020.

« L’offre met en évidence la capacité de livrer des jeux en plein cœur de la ville avec une qualité garantie et un maximum d’avantages, » a déclaré Tsunekazu Takeda , le président du comité de candidature Tokyo 2020 lors d’une conférence aujourd’hui. «Beaucoup de nos sites sont en place, la plupart des infrastructures de jeux sont déjà en place et le budget de 4,5 milliards de dollars pour accomplir ces tâches est déjà dans la banque. »

Les comités de candidature d’Istanbul, de Madrid et de Tokyo ont remis leurs documents au siège du Comité international olympique à Lausanne, en Suisse, lundi, préparant le terrain pour les derniers mois de la campagne entre les trois villes.

Tokyo, qui a accueilli les Jeux olympiques de 1964, a terminé troisième au scrutin de 2016. Le CIO choisira la ville hôte lors d’un scrutin secret, à Buenos Aires le 7 septembre.

Tokyo a reçu les plus grands éloges dans un rapport technique du CIO qui a déclaré l’année dernière que l’offre japonaise présente « une application très forte. » Madrid a une « une forte application », alors que le projet d’Istanbul « offre un bon potentiel», indique le rapport.

Alors que Tokyo est considérée comme un choix sûr, Istanbul possède un facteur de nouveauté alors que la Turquie n’a jamais accueilli les Jeux olympiques, un facteur clé dans les récents votes des villes hôtes.

Tsunekazu Takeda a nommé Tokyo comme étant une des villes les plus sûres et les plus accueillants du monde, tandis que le gouverneur Naoki Inose a déclaré que la capitale japonaise de 35 millions d’habitants propose une infrastructure qui est parmi les plus avancés au monde.

«Nous avons une infrastructure très développée qui comprend un système de transport public capable de transporter 25 millions de personnes par jour», a déclaré Naoki Inose.

Les Responsables de Tokyo ont également soulignés que 28 sur les 33 sites de compétition sont dans un rayon de cinq kilomètres du village olympique, ce qui signifie moins de temps de déplacement pour les athlètes.

Deux différences majeures par rapport à la tentative ratée de Tokyo pour accueillir les Jeux de 2016 sont un grand village olympique avec plus d’espace pour les athlètes pour s’entraîner et un stade principal plus centralisé.

Dans le plan de 2016, les organisateurs de Tokyo avait prévu de construire le stade principal sur une jetée dans la baie de Tokyo. Les Responsables du CIO s’inquiètaient de voir que l’accès au stade était entouré d’eau sur trois côtés. Le nouveau plan prévoit la rénovation du stade olympique de 1964 dans le centre de Tokyo.

Le nouveau stade de 80 000 sièges va d’abord servir le stade principal pour la Coupe du Monde de Rugby 2019 qui sera accueillie par le Japon.

En plus de la sécurité et des commodités, Tokyo a également l’avantage de l’appui du gouvernement national. Plus tôt mardi, Takeda a rencontré le récemment élu Premier ministre japonais Shinzo Abe, qui a promis le soutien total du gouvernement pour la candidature de Tokyo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *