Japon Voyage

Les médias sociaux étranger pour stimuler le tourisme au Japon

Après une année 2011 désastreuse, le ministère japonais des Affaires étrangères envisage de reconstruire l’industrie du tourisme par les réseaux sociaux.

Pour promouvoir les voyages, le Japon invite des blogueurs influents et utilisateurs de Twitter de partout dans le monde afin de visiter les zones touchées par le tremblement de terre, tsunami puis la crise nucléaire, qui a eu lieu au mois de Mars dernier.

Le ciblage de ces zones aura pour but de restaurer le tourisme en diminution du Japon, qui a chuté de 50 pour cent dans les trois premiers mois qui ont suivi les catastrophes naturelles.
Le ministère a invité une dizaine de convives influents à visiter le Japon.

«Cette année, dans le cadre des efforts déployés par le gouvernement japonais pour restaurer la confiance dans le pays, nous avons décidé d’inviter les blogueurs et des tweeteurs », a déclaré Hikariko Ono, directeur de la diplomatie publique au Ministère des Affaires étrangères.

« Nous espérons obtenir de bons commentaires de leurs fans et restaurer la confiance du monde entier pour le Japon « , a déclaré Mme Ono.

Différentes méthodes ont été utilisé pour trouver les dix meilleurs représentants des médias sociaux.

« Nous avons pris divers facteurs en considération, comme le nombre de followers, les réactions bonnes et positives des lecteurs, et nous avons aussi pensé à l’équilibre régional», a déclaré Mme Ono.

Les premiers invités spéciaux ont pu visiter le Japon en Décembre 2011.

Roger Ortuno Flamerich venant de l’Espagne, suivie peu après de Louisa Chu Liu en provenance des États-Unis, puis le blogueur Khaled Hamza de l’Egypte à la fin du mois de Janvier.

Le plan social media a été approuvé, après que le projet d’offrir 10 000 billets aller-retour au Japon n’ait finalement pas obtenu le soutien du gouvernement.
L’initiative se poursuivra jusqu’en Mars de cette année.
Un blogueur français a-t-il était invité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *